top of page
Rechercher

Le marché du blé bio en Ontario

19 juin 2024


Dans cet article, nous passerons en revue les principaux éléments de la section sur le marché du blé biologique de l'Ontario du rapport "Corn and Grain Value Chain Report" élaboré par le Hub des céréales bio à la demande du Organic Council of Ontario (voir ci-dessous pour le lien officiel du rapport).


Marché canadien du blé biologique

Le blé se place en tête des grandes cultures biologiques au Canada, devant l'avoine et l'orge, couvrant 311 162 acres en 2022. Cela représente une diminution de 31 % de la superficie par rapport au sommet de 450 266 acres atteint en 2020. Cette baisse est principalement due à une réduction du nombre d'exploitations bio dans la région des Prairies, où le blé est majoritairement cultivé à grande échelle.


Plus de 80 % de tout le blé bio produit au Canada est cultivé dans la région des Prairies et presque tous les blés de printemps et les blés dur sont produits dans cette région, avec la Saskatchewan comme acteur dominant. Très peu de blé bio d'hiver est produit dans les Prairies; le peu disponible tend à être des variétés de blé de force rouge d'hiver. La quasi-totalité du blé bio d'hiver est cultivée en Ontario et au Québec, et il s'agit essentiellement de blé tendre rouge d'hiver.


La superficie de l'Ontario ne représente que 4 % du blé canadien, mais 7 % de son volume en raison des blés tendres à haut rendement qui dominent la production. L'Ontario produit 57 % du blé d'hiver canadien (en volume).


Emplacement et superficie des fermes de blé de l'Ontario

En 2023, le blé était la troisième grande culture biologique de l'Ontario en termes de superficie, cultivée dans 253 fermes. La production de blé bio se trouve principalement dans le sud-ouest de l'Ontario, concentrée dans la partie sud-ouest de la province, avec un plus petit nombre réparti le long de la rive nord du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent jusqu'à la frontière du Québec.


Soixante-dix-huit pour cent des producteurs de blé bio de l'Ontario étaient des producteurs de grandes cultures dédiées en 2023. Les autres cultures les plus courantes étaient le maïs, le soja, l'avoine, l'épeautre et le sarrasin. Le nombre de producteurs de blé ayant du bétail était considérablement plus bas qu'en 2022.



Les négociants en blé bio avec lesquels nous nous sommes entretenus ont estimé que le CESRW représente au moins 90 % du volume total de blé bio cultivé en Ontario. Nous avons estimé le rendement moyen du CESRW à 2 TM/acres (73,49 boisseaux/acre) avec 12 000 acres ensemencés en 2022.


La figure 1 montre la superficie totale de blé bio produite en Ontario pour chacune des cinq dernières années. La production a atteint un sommet en 2021 avec un peu plus de 18 000 acres et a depuis diminué pour se rapprocher des niveaux de production récents des 5 dernières années. En 2022, la superficie totale de blé était de 12 064 acres.


La figure ci-bas comprend toutes les classes de blé, à l'exception de l'épeautre, une sous-espèce de blé, qui a été cultivée sur 5 299 acres en 2022.Nous estimons que le volume de la production de blé en 2022 était de 23,000 tonnes métriques.



Les informateurs principaux interviewer pour cette étude ont indiqué que la superficie consacrée au blé varie chaque année en fonction du niveau d'humidité du sol à l'automne ou au moment des semis. Un automne humide ou une récolte de soja retardée peuvent amener les agriculteurs à modifier leur rotation. Si cela se produit, ils finiront par remettre leurs rotations en ordre. Les superficies indiquées dans la figure 1 comprennent toutes les classes de blé, à l'exclusion de l'épeautre. L'épeautre a été cultivé sur 5 299 acres en 2022.


Valeur du blé à la ferme

Comme le montre la figure ci-dessous, de 2017 à début 2022, les agriculteurs bio de l'Ontario ont reçu des prix stables pour le blé tendre rouge d'hiver, compris entre 12,5 et 14 dollars le boisseau. Cependant, à l'été 2022, peut-être en réaction aux troubles mondiaux causés par la guerre en Ukraine, les prix du marché ont augmenté de 35 %. Avant la guerre, l'Ukraine produisait une part démesurée des bio de grande culture du globe. Les prix ont commencé à se contracter au printemps suivant et n'ont cessé de baisser depuis (figure 2). La dernière contraction est peut-être le résultat de l'inflation mondiale qui grève le budget des consommateurs et incite beaucoup d'entre eux à reconsidérer leurs achats de produits bio.



La production nationale de blé bio a permis aux producteurs bio de l'Ontario d'empocher 13,7 millions de dollars en 2022


Il existe 8 principaux circuits de commercialisation du blé bio en Ontario, et nous avons estimé le prix par tonne métrique, le volume et la valeur à la ferme pour chacun d'entre eux dans le tableau 5. Sur l'ensemble des circuits de commercialisation et en moyenne sur 2022, le prix unitaire du blé bio était de 15,25 $/ boisseau (560,34 $/ TM).


En utilisant ce prix comme prix de base, des primes ou des pénalités ont été estimées pour chaque circuit de commercialisation. Pour les moulins locaux, nous avons supposé une valeur moyenne de 698 $ par tonne pour le blé acheté aux producteurs de l'Ontario par les petits moulins et de 588 $ par tonne pour le plus grand moulin. Le blé de force roux de printemps acheté à l'extérieur de l'Ontario et utilisé par les meuniers ou pour l'exportation n'a pas été pris en compte parce qu'il n'avait pas d'incidence sur la valeur à la ferme, étant donné que, pour l'essentiel, cette classe de blé n'était pas cultivée par les producteurs de l'Ontario. Toutefois, ces importations de blé auraient un impact économique global sur le secteur puisque les négociants et les meuniers ajoutent chacun une valeur à l'ingrédient brut.



On constate que la meunerie (43 % de la valeur totale à la production) a été le canal de commercialisation le plus important cette année-là, suivie par les exportations interprovinciales et les provenderies, chacune représentant 26 % de la valeur totale à la production.


Aperçu des provenderies

L'Ontario a perdu plus de 20 % de ses éleveurs bio entre 2020 et 2022. Malgré cela, avec 232 exploitations, l'Ontario se classe au deuxième rang des provinces, derrière le Québec (272). Cela crée une demande importante pour des usines dédiées à l'alimentation du bétail bio.


Les aliments pour bétail biologique peuvent être constitués de n'importe quelle combinaison de maïs, de soja, de blé, d'orge, d'avoine, de pois, d'autres céréales et de vitamines. Le volume de chaque grain est déterminé par les besoins alimentaires de l'espèce, le pourcentage de protéines, d'énergie et de graisse fourni par chaque grain, et le prix relatif des grains. Le maïs et le blé ont des fonctions similaires dans la ration. Par conséquent, lorsque le prix du maïs est bas, le blé devient moins compétitif et est moins susceptible d'être utilisé dans les rations alimentaires. Toutefois, le gluten de blé sert également de liant lors de la granulation de plusieurs grains. Cela garantit que le blé représente au moins 10 % d'une ration sous forme de granulés, même lorsqu'il perd son avantage concurrentiel par rapport à d'autres céréales.


La plupart du blé cultivé en Ontario est de qualité alimentaire et produit pour l'industrie de la meunerie. Nous n'avons pas pu déterminer la quantité de blé de qualité fourragère produite, mais les meuneries ont déclaré acheter des volumes importants de blé de qualité meunière pour l'alimentation du bétail.


Bien que peu de producteurs de blé bio cultivent spécifiquement pour le marché de l'alimentation animale, il y a plusieurs raisons pour lesquelles une meunerie pourrait être le premier contact commercial d'un producteur de blé bio. L'écart de prix entre le blé de qualité meunière et le blé de qualité fourragère n'est pas énorme pour les blés tendres, le marché meunier de l'Ontario n'est pas très important et, en raison de leurs rotations de cultures, qui comprennent généralement du maïs, du soja et du blé, de nombreux agriculteurs bio ont déjà des relations avec des meuneries. Le fait de vendre toutes leurs céréales à un seul acheteur simplifie considérablement la commercialisation pour les producteurs.


Il existe deux principales usines d'aliments pour animaux biologiques : Jones Feed Mills Ltd. et W-S Feed & Supplies Ltd. toutes deux situées dans le sud-ouest de l'Ontario. Il existe une poignée d'autres petites entreprises dans le secteur biologique. Bien que les deux principales usines d'aliments biologiques desservent le secteur de l'élevage de loisir, il existe quelques entreprises spécialisées, dont certaines opèrent au niveau national, qui produisent des aliments biologiques en sachet destinés à ce groupe démographique, en particulier aux éleveurs de poulets destinés à la consommation domestique (backyard chicken producers).



Les volailles de chair sont le principal moteur de l'industrie des aliments biologiques en Ontario. Il existe deux principaux transformateurs : Maple Leaf Foods et Yorkshire Valley Farms. Les deux entreprises ont un modèle similaire. Elles passent directement des contrats avec des producteurs indépendants pour l'élevage de poulets de chair. Les contrats d'entreprise exigent des agriculteurs qu'ils utilisent des rations alimentaires professionnellement équilibrées provenant d'usines d'aliments spécifiques qui travaillent directement avec le transformateur pour l'assurance de la qualité. Cela permet de garantir que les aliments sont exempts de mycotoxines telles que le déoxynivalénol (DON) et de produire des aliments cohérents et de haute qualité. Étant donné qu'ils achètent des aliments, les producteurs de volailles biologiques à l'échelle commerciale n'ont souvent pas de terres certifiées, si ce n'est le minimum requis pour répondre aux exigences d'accès à l'extérieur prévues par les normes biologiques.


Les deux principales provenderies fournissent également une partie, mais pas la totalité, des rations alimentaires des 38 poulaillers de poules pondeuses biologiques de l'Ontario. Ces poulaillers abritent 600 000 poules, soit environ 6 % de la production de poules pondeuses de l'Ontario. Les œufs bio de l'Ontario sont commercialisés par plusieurs grands transformateurs. Les principaux acteurs sont Burnbrae Farms, Yorkshire Valley Farms et Gray Ridge Egg Farms.


Le troisième marché en importance pour les usines d'aliments biologiques provient du secteur laitier, bien qu'il soit actuellement beaucoup plus petit que celui de la volaille. L'une des meuneries fabrique des granulés pour robots à partir d'une combinaison de maïs, de soja et de shorts de blé ou de blé (également appelés middlings) obtenus en tant que sous-produits des meuneries biologiques.


L'industrie porcine biologique de l'Ontario s'est contractée vers 2018, car le principal transformateur, Les Aliments Du Breton, a augmenté ses superficies de porcs et d'aliments pour animaux au Québec. Les initiés de l'industrie ont signalé que le marché pour des produits tels que le bacon et les saucisses biologiques était petit, incapable de soutenir l'expansion au-delà d'un seul transformateur. Le secteur ovin biologique de l'Ontario est dynamique, mais si petit qu'il ne représente pas une croissance significative pour les usines d'aliments biologiques.


La production de bœuf biologique a diminué au cours des deux dernières années en raison de la contraction du marché. Une grande partie de la perte de 20 % des fermes d'élevage mentionnée ci-dessus est probablement due à la contraction de l'industrie du bœuf biologique.


Certains signes indiquent maintenant que le marché est en train de se réorienter une fois de plus, car le cheptel bovin nord-américain s'est contracté. Nous pourrions assister à une résurgence de ce marché, en particulier si l'inflation des denrées alimentaires diminue. Si les chiffres de la viande bovine augmentent, l'offre de céréales fourragères bio devra s'accroître, principalement à la ferme, car la plupart des producteurs de viande bovine sont autosuffisants en matière d'alimentation animale.

 

Ce rapport a été rendu possible grâce aux organisations et agences gouvernementales suivantes :

 

Opmerkingen


bottom of page